60 millions de consommateurs : féculents et dosettes de café

2013-10-29 12.37.22

Des articles intéressants dans le n°486 de 60 millions de consommateurs (octobre 2013). Extraits et résumés.

Oui aux féculents… mais pas n’importe lesquels

Accusés de faire grossir, les féculents occupent une faible place dans nos assiettes. Pourtant, si on les choisit bien, ils offrent divers atouts, ne serait-ce qu’en augmentant la satiété.

D’après une enquête, seulement 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 consommeraient assez de féculents.

Les recommandations disent en effet d’en consommer une portion à chaque repas. La plupart de ces féculents traînent une réputation d’aliments « grossissants ». En effet, riches en glucides complexes, ils apportent des calories. Mais c’est aussi un atout : des études ont démontré que les céréales complètes et les légumineuses ont un effet satiétogène non négligeable. Autrement dit, leur consommation réduit le grignotage entre les repas et limite le risque de surpoids.

« Manger des féculents a aussi l’avantage d’apporter des nutriments intéressants comme des fibres, des protéines végétales, des vitamines du groupe B. » Mais tous les féculents n’ont pas la même valeur nutritionnelle, comme les céréales du petit déjeuner, à classer comme des sucreries. Le statut du pain blanc et du pain de mie reste controversé : leur farine raffinée ne contient quasiment pas de fibres. Certains pointent l’effet hyperglycémiant du pain blanc (il fait monter rapidement le sucre dans le sang). Mieux vaut opter pour des céréales complètes, dans lesquelles le son et le germe ont été conservés.

Le bon conseil :

Vive les légumineuses. Boudées à tort par les consommateurs, les légumes secs sont particulièrement riches en protéines végétales, ainsi qu’en fibres bénéfiques pour réduire le risque de cancer colorectal. Afin de les rendre plus digestes, on conseille de faire tremper les graines plusieurs heures dans l’eau froide, puis de les rincer avant de les cuire.

2013-10-29 12.36.46

Dosettes et capsules : un risque pour la santé ?

Aluminium, bisphénol A et autres toxiques… Face aux inquiétudes soulevées par les capsules et les dosettes de café, nous avons décidé d’analyser les principales marques. Nos résultats sont globalement satisfaisants.

Pas de problème d’aluminium : il y en a très peu dans les cafés issus de capsules. Même en buvant 160 ml de la référence la plus contaminée (café Senseo), on ne dépasse pas 0,3% de la dose hebdomadaire tolérable. La capsule en aluminium de Nespresso donne un café parmi les moins contaminés. Son dosage est même inférieur au café filtre.

Sur les 6 autres métaux recherchés, 3 (nickel, cuivre et zinc) ont été retrouvés en très faibles quantités, qui n’exposent jamais à plus de 0,8% des doses tolérables ; les autres métaux ne représentent que des traces.

Le furane est bien présent : produit de la torréfaction et classé « cancérogène possible », les résultats confirment son omniprésence. 4 tasses apporteraient en moyenne près de 25% de la dose admissible journalière. Mais comme le café représente plus des 3/4 de l’exposition globale au furane, l’impact sanitaire semble limité.

Des traces d’acrylamide : ce composé « probablement cancérogène » se forme dans les aliments et boissons soumis à des températures supérieures à 120°C. Mais les références n’en relèvent que des traces, qui n’ont qu’un faible impact sur notre exposition globale.

Au regard des analyses réalisées, les soupçons portant sur les dosettes et capsules de café, les taux d’exposition à l’aluminium et aux autres toxiques restent très acceptables. Filtre ou capsule, le choix reste ouvert.

Enfin, 2 derniers articles :

Faut-il faire une cure de minéraux avant l’hiver ? et Derrière les allégations, c’est parfois pire !

2013-10-29 12.52.15

2013-10-29 12.52.24